Les 6 conseils à suivre pour une rénovation énergétique réussie

Privilégiez la rénovation globale

Bien entendu, il s’agit là d’un conseil plus facile à prodiguer qu’à suivre. La rénovation globale est en effet assez onéreuse, puisqu’il s’agit de traiter tous les postes de déperdition en même temps. Reste que cette méthode est de loin la plus efficace, et permet également de réaliser des économies sur les frais annexes (comme les échafaudages par exemple).

Ceci étant dit, si la rénovation globale n’est pas faite pour vous, n’hésitez pas à appliquer les conseils suivants.

Rénovez en priorité les éléments du logement qui vous coûtent le plus

Et il ne s’agit pas là d’une évidence. Car encore faut-il savoir quels sont les postes les plus déperditifs du bâtiment, ce qui ne va pas de soi.

De nombreux ménages se sont contentés de changer leurs fenêtres parce que la sensation de froid à proximité y était plus importante qu’ailleurs. Or, les parois vitrées ne sont responsables que de 10 à 15% des pertes de chaleur totales d’un logement.

Alors avant de vous lancer, faites une simulation de performances énergétique de votre habitation. Vous saurez par quoi commencer.

L’isolation d’abord, le chauffage ensuite

Certes, il peut vous paraître plus intéressant d’abattre directement la carte du rendement énergétique de votre système de chauffage, et ensuite celle de la performance thermique des parois.

Après tout, une meilleure chaudière est toujours un bon investissement, nous direz-vous. Et vous avez tort, vous répondrons-nous.

Car à moins de ne jamais isoler vos murs ou vos combles, votre système de chauffage finira inextricablement par être surdimensionné. Trop puissant pour votre logement, si vous préférez.

Cela est particulièrement vrai pour les pompes à chaleur, appréciées pour leurs rendements proches des 400%. Une fois le reste de la maison rénovée, ces dernières enchaîneront des cycles de chauffe trop courts et trop rapprochés pour tenir plus de quelques années. Et vous en serez pour vos frais.

Faites mieux que ce que prévoit la loi

Ici, il est important de faire un point : l’isolant ne coûte rien.

Prenez n’importe quelle facture d’artisans suffisamment détaillée et vérifiez. Pour une ITE des murs, le coût au mètre carré est d’environ 140 €. Le PSE lui ne coûte qu’une quinzaine ou vingtaine d’euros au mètre carré, soit maximum 15% du prix final. Or, plus l’épaisseur de votre isolant est importante, meilleure sera la performance de votre paroi.

Ne vous contentez donc pas de respecter les seuils de la RT 2018, ou même ceux des aides financières. Faites mieux encore, vous y gagnerez en confort et ferez des économies.

Ne financez pas les travaux sur vos fonds propres

Em-prun-tez ! Soyons d’accord, personne n’aime rendre visite à son banquier, surtout pour lui demander de l’argent. Mais pourquoi investir votre (toujours trop petit) pécule dans une rénovation énergétique quand des mensualités peuvent être en partie compensées par les économies d’énergie que les travaux auront générées ?

Surtout qu’en fonction de votre logement, le retour sur investissement peut être assez long. C’est pourquoi l’État a mis en place un prêt sans intérêt, l’ÉCO-PTZ, destiné justement à protéger l’épargne des ménages qui franchiraient le cap vertueux de la performance énergétique.

Étalez donc les paiements et laissez vos bas de laine tranquilles.

Faites réaliser votre rénovation par des professionnels compétents

Oubliez l’autorénovation. À moins d’être un professionnel du bâtiment (et dans ce cas, vous connaissiez déjà les conseils ci-dessus), entreprendre vous-même les travaux ne peut mener qu’à une chose : l’annihilation des bénéfices théoriques de votre démarche.

Que vous soyez bon bricoleur ou non n’est pas la question. Un pare-vapeur mal posé, un joint mal fait, un isolant mal fixé, et c’est l’ensemble de l’ouvrage à refaire.

Et si malgré tout vous pensez pouvoir vous débrouiller, n’oubliez pas que l’autorénovation vous prive du CITE, des CEE, des aides de l’ANAH, de l’éco prêt à taux zéro ainsi que de toutes les autres aides locales possibles.

Laissez donc vos taloches à la remise, et passez par un pro RGE.

Newsletter
Outils travaux

Vous pourriez aussi aimer

Le changement climatique pour les nuls

Vous avez tous entendu parler de « réchauffement climatique », de « gaz à effet de serre », ou encore de « fonte des glaces ». Mais connaissez-vous vraiment les phénomènes physiques à l’origine du changement climatique ?

Le chiffre du jour

Retrouvez tous les « chiffres du jour » qui ont marqué l’actualité mondiale de l’énergie, du climat et de l’environnement.

Nul n’est censé ignorer la réglementation thermique

Vous ne le savez peut-être pas, mais il y a fort à parier que vos prochains gros travaux soient soumis à des impératifs de performances énergétiques minimales. Ainsi le dit la loi. Alors avant de vous lancer dans les travaux, n’oubliez pas de vous pencher sur vos obligations.