Qu’est ce que la résistance thermique, comment la calculer ?

Qui s’intéresse même de loin à la rénovation énergétique entendra mécaniquement parler de cette notion barbare : la résistance thermique. Cette dernière est au centre des réglementations thermiques des bâtiments neufs et existants, est utilisée dans le calcul des consommations d’énergie d’un logement et est l’unité de référence des seuils d’éligibilité des travaux de rénovation aux aides financières

Une « étanchéité » à la chaleur

Mais de quoi parle-t-on donc exactement ? La résistance thermique est une grandeur physique désignant la capacité d’un matériau à résister à un flux de chaleur qui le traverse. Plus la résistance est grande, plus le matériau est « étanche » à la chaleur.

Cette « étanchéité à la chaleur » est l’inverse de la conductivité thermique, qui, elle, désigne la capacité d’un matériau à laisse passer la chaleur. La résistance dépend de l’épaisseur du matériau soumis au flux de chaleur.

Pour connaître la résistance thermique d’une paroi, il suffit de diviser l’épaisseur de cette paroi par la conductivité thermique du matériau qui la compose, selon la simple formule \small R=\large\frac{ e}{\lambda}, ou « \small R » désigne la résistance en \small m^{2}.K/W, « \small e » l’épaisseur en mètres et « \small \lambda » (lambda) la conductivité thermique en \small W/m.K.

Calculer la résistance thermique

Exemple : quelle est la résistance thermique d’une couche de laine de verre de 20 cm d’épaisseur (\small e=0,2m)? Sachant que la conductivité thermique de la laine de verre est d’environ \small 0,038 W/m.K nous pouvons poser le calcul suivant : \small R=\frac{e}{\lambda}=\frac{0,20}{0,038}=5,26 m^{2}.K/W.

Autre exemple, un mur en pierre type moellons de 40cm, d’une conductivité thermique de \small 1,5 W/m.K, aura ainsi une résistance thermique \small R=\frac{0,40}{1,5}=0,27 m^{2}.K/W.

Comme vous le voyez, les capacités isolantes de la laine de verre sont près de 40 fois supérieures à celles de la pierre. Dit autrement, il faudrait bâtir un mur en pierre de 8m d’épaisseur pour obtenir une paroi aussi isolante qu’une simple couche de laine de verre.

Ce qu’il faut retenir

En résumé, retenez que la résistance thermique, que l’on note \small R désigne la capacité d’un matériau à freiner un flux de chaleur qui le traverse, ce qui est l’inverse de la conductivité thermique. Plus \small R est grand, plus la résistance thermique est grande, plus performance est la paroi. Enfin, pour calculer la résistance thermique d’une paroi, on divise son épaisseur \small e en mètre par sa conductivité thermique \small \lambda, le résultat étant exprimé en \small m^{2}.K/W.

N’oubliez d’ailleurs pas qu’au-delà de l’aspect confort et économie, la résistance thermique est au cœur de la réglementation thermique des bâtiments existants, qu’il s’agisse des seuils minima à respecter lorsque vous rénovez votre maison, ou pour recevoir vos aides. Il est donc important de bien comprendre à quoi correspond cette grandeur.

Newsletter
Outils travaux

Vous pourriez aussi aimer

Le changement climatique pour les nuls

Vous avez tous entendu parler de « réchauffement climatique », de « gaz à effet de serre », ou encore de « fonte des glaces ». Mais connaissez-vous vraiment les phénomènes physiques à l’origine du changement climatique ?

Le chiffre du jour

Retrouvez tous les « chiffres du jour » qui ont marqué l’actualité mondiale de l’énergie, du climat et de l’environnement.

Les 6 conseils à suivre pour une rénovation énergétique réussie

Commencer par changer la chaudière, remplacer uniquement les fenêtres, casser la tirelire ou poser la laine de verre soi-même… voici quelques-unes des choses à ne surtout par faire si vous envisagez de mener une rénovation énergétique efficace (et donc rentable). Si vous avez besoin de conseils, c’est par ici.