Quel est le coût d’une rénovation énergétique ?

Améliorer le confort et la performance énergétique de son logement est une opération louable mais le plus souvent onéreuse, pour peux qu’elle soit menée correctement. À moins que le montant de la facture ne représente pas véritablement le coût réel d’une rénovation énergétique.

Si l’on se reporte simplement aux études de l’ADEME, le coût d’une rénovation énergétique efficace avoisinerait les 25 000 €. Sachant que la taille moyenne des logements individuels en France en 2013 était d’environ 112 m², rénover sa maison coûterait donc un peu plus de 1 100 €/m². Facile. Sauf que cette réponse est fausse, ou du moins incomplète.

Se poser la bonne question

Penser sa future rénovation énergétique comme une simple dépense est sans doute le meilleur moyen de perdre de l’argent. À rechercher les travaux les moins chers, on en oublie que ces derniers visent à améliorer les performances énergétiques du logement, et donc à réduire les dépenses de chauffage. Quitte à payer des matériaux et une main d’œuvre, autant que ceux-ci génèrent un maximum d’économies d’énergies.
En réalité, comme toute dépense visant à réaliser des économies (une voiture moins gourmande, une ampoule basse consommation, un panneau photovoltaïque…), une rénovation énergétique se pense surtout en termes de rentabilité et de retour sur investissement. La question n’est donc pas « combien coûte une rénovation énergétique ? » mais plutôt « comment financer une rénovation énergétique suffisamment performante pour être rentabilisée rapidement ? ».

Une rénovation énergétique, ça s’amortit

De nombreuses enquêtes ont montré que si une grande majorité de Français connaissaient l’existence du PTZ, ce prêt à taux zéro destiné à faciliter une première accession à la propriété, ils étaient en revanche deux fois moins nombreux à avoir entendu parler de l’ÉCO-PTZ. Il s’agit pourtant là aussi d’un dispositif permettant d’emprunter à taux zéro, cette fois destiné à financer des travaux d’amélioration des performances énergétiques d’un logement. Mieux, contrairement au PTZ, il n’impose aucune condition de ressources.
Ainsi, il est possible de faire réaliser des travaux pour réduire ses consommations d’énergie et d’en étaler gratuitement le montant sur 15 ans maximum. Grâce à ce prêt, la rénovation énergétique sera de plus suffisamment performante pour être éligible au CITE, à la prime énergie, voire, pour les plus modestes, aux subventions de l’ANAH. Et ces aides n’ont rien d’anodin, puisqu’elles permettent de récupérer rapidement plusieurs milliers d’euros. En définitive, et pour peu que le logement à rénover soit particulièrement énergivore (classe énergétique F ou G), il est tout fait possible de réaliser des travaux sans débourser le moindre centime. À condition d’investir suffisamment.

Newsletter
Outils travaux

Vous pourriez aussi aimer

Le changement climatique pour les nuls

Vous avez tous entendu parler de « réchauffement climatique », de « gaz à effet de serre », ou encore de « fonte des glaces ». Mais connaissez-vous vraiment les phénomènes physiques à l’origine du changement climatique ?

Le chiffre du jour

Retrouvez tous les « chiffres du jour » qui ont marqué l’actualité mondiale de l’énergie, du climat et de l’environnement.

Les 6 conseils à suivre pour une rénovation énergétique réussie

Commencer par changer la chaudière, remplacer uniquement les fenêtres, casser la tirelire ou poser la laine de verre soi-même… voici quelques-unes des choses à ne surtout par faire si vous envisagez de mener une rénovation énergétique efficace (et donc rentable). Si vous avez besoin de conseils, c’est par ici.